Le Boomerang islamiste

Bombay

Les détestables et tragiques évènements du 26 Novembre à Bombay, nécessitent que l’on s’y arrête quelques instants pour réfléchir.

Ces attentats, qui se déroulent sur toute la surface de la planète, depuis New York jusqu’à Bali en passant par Londres, Lahore et Madrid, tissent un réseau dont le fil initial est parti des plaines afghanes.

Al Qaïda, a lancé son Jihad contre « les juifs et les croisés » et « les impies » parce que ces musulmans, sunnites, wahabites, avaient décidé de devenir en quelque sorte, plus purs que les purs, de s’éloigner des « princes corrompus », de devenir idéologiquement plus parfaits que les chiites, qui depuis le retour des mollahs à Téhéran en 1979, avaient pris l’ascendant dans le domaine politico-religieux sur les sunnites, en osant destituer un « prince corrompu », le Shah d’Iran, et en s’opposant plus radicalement que les sunnites à Israël.

Les attentats contre les forces américaines en Arabie Saoudite, la destruction des ambassades US au Kénya, et en Tanzanie, l’attaque contre le destroyer de l’US Navy à Aden, allaient trouver leur point d’orgue sur les tours du World Trade Center, le Pentagone, et heureusement avorter contre « Capitol Hill » le quatrième avion visant la « School of Law », nom de code du Congrès, s’écrasant en Pennsylvanie.

La stratégie de combattre le monde occidental et en particulier les Etats-Unis, dans tous les domaines, commercial et financier (le World Trade Center) militaire (le Pentagone, les navires et les bases) et démocratique (les Ambassades et Le Congrès) était en place, le plan d’action se déroulait jusque sur le territoire Saoudien.

Mais quelques années plus tard, que voyons-nous, que pouvons-nous constater, si on s’attache à la rigueur et à la sécheresse des chiffres.

Certes, les Etats-Unis ont été durement touchés, et en considérant les pertes subies sur leur sol, en Irak, et en Afghanistan, il s’agit de plusieurs milliers de morts, mais toutefois, moins de 8.000….

Si l’on regarde maintenant l’évolution de ce conflit, mené contre le monde occidental, et, les destructions de vies humaines que le combat entre Chiites et sunnites, et entre sunnites, a provoqué, on peut s’étonner du constat qui en découle…

Le combat du Front Salafiste pour la Prédication et le Salut, entre algériens, et maintenant Al Qaïda au Maghreb, a provoqué un nombre de morts approchant les cent mille…

Les combats fratricides en Irak, entre fractions rivales, sunnites et chiites a provoqué plusieurs dizaines de milliers de morts civils.

Les attentats au Pakistan, en 2007 seulement, ont provoqué plus de 1.000 morts…

Toujours plus de morts, mais la macabre balance entre musulmans et non musulmans est malheureusement évidente..

Mais cette triste analyse des victimes n’est pas la seule qui doive être portée au débit des mouvements islamistes. Le bilan purement politique va exactement dans le même sens.

Initialement, Al Qaïda a voulu porter le fer dans le Royaume Saoudien, avec pour objectif d’y renverser les Princes… Nous voyons ce qu’il en est actuellement…

En ce qui concerne le conflit Israelo – palestinien, l’aggravation souhaitée du conflit n’est pas au rendez-vous. La Syrie a même due rapatrier ses troupes, occupant le Liban.

Si l’on considère maintenant la situation de la zone Afghanistan, Inde et Pakistan, la tendance est identique.

Les actions menées par le mouvement Lashkar-e-Taiba, que ce soit l’attentat au Pakistan, en Septembre, contre le Marriot à Islamabad, ou en Inde, contre les hôtels de Bombay, ne sont déclenchées qu’en représailles contre le gouvernement Pakistanais, pour attiser les tensions avec l’Inde, et enfin, contrer les négociations indo-pakistanaises prônées par Washington.

Le Pakistan n’élève en effet pas trop la voix contre les interventions américaines, sur son territoire, à savoir les zones tribales du Waziristan. Les avions sans pilote, dotés de missiles interviennent depuis l’été 2008, plusieurs fois par mois, pour éliminer des responsables talibans et détruire leurs installations de repli.

Encore plus grave du point de vue des islamistes, l’armée pakistanaise elle-même intervient contre ces éléments incontrôlés…

Preuve supplémentaire de l’effet boomerang permanent des actions islamistes, le gouvernement pakistanais vient de décider d’envoyer à New Dehli, pour la première fois, des membres de ses services secrets, de façon à offrir à l’Inde un gage de sa bonne volonté dans l’analyse de la situation.

A vouloir dresser d’avantage, l’Inde contre le Pakistan, les islamistes aboutissent à un résultat opposé.

Il semblerait donc qu’il soit temps que nous donnions à ces actions le véritable éclairage qu’elles méritent, à savoir le permanent d’échec politique des mouvements islamistes, et le véritable sens du bilan des victimes. N’est-il pas temps que le monde musulman lui-même agisse pour mettre un terme au carnage dont il est la principale victime ?

Par |2018-04-09T12:22:11+00:008 décembre 2008|Moyen-Orient|